L’objectif du jour est de faire un premier vol de découverte du site en toute sécurité et de prendre un peu nos repères.

Il nous reste quelques petites choses à régler, récupérer les papiers que j’ai oublié lors de l’activation de nos cartes SIM, terminer la configuration des nos appareils de vols et trackers, trouver un taxi pour monter car ils sont tous partis vers l’aéroport pour aller chercher les Russes qui ont une compétition ici à Bir. Ce qui n’est pas forcément une bonne chose, mais je crois qu’on aura l’occasion d’en reparler. Ceci dit on n’est pas trop pressé.

On est toujours en Inde, donc l’administration est toujours présente et on a sur nous notre licence de pilote (Niveau 3 minimum), notre attestation d’assurance, une copie de notre passeport et une de notre visa car il nous faut… une autorisation pour voler. Ceci dit, on le savait et on avait tout sous la main. La formalité ne prend pas trop de temps. Dans le formulaire, tout y passe, de la marque de la voile à celle du parachute de secours, du casque (si, si, !!!), de Un autre sésame… c’est un peu la magie de l’Inde si on veut 😉

Il faut environ 3/4 d’heure pour monter au décollage et on se rend compte du dénivelé. 1000 mètres, ce n’est pas rien. Notre jeune taximan est très sympa et on arrive assez facilement à se mettre d’accord pour “l’engager” pour le reste de notre séjour.

Arrivés en haut, la vue est simplement superbe, même si rendre la sensation de hauteur sur une photo fonctionne toujours assez mal.

Comme on est pas trop pressé (on ne fera quand même qu’un vol et autant le faire dans une aérologie pas trop dure), on en profite pour prendre un thé avec le patron de la ‘Maison de thé’ près de déco, et sympathiser avec quelques locaux qui appellent le parapentiste dont on a apporté la voile (d’Europe !!!) et nous présentent quelques pilotes. L’ambiance est vraiment conviviale.

Bon, il est quand même temps de décoller. Roland est le plus pressé et j’en profite pour essayer de le prendre en photo au décollage. Il se prépare, hésite, change de place, change de nouveau… Mais ses supportrices le suivent à chaque déplacement. Quel succès ce Roland :

Malgré le vent un peu fort, les conditions sont très bonnes et on fait tous les trois sensiblement le même vol qui nous permet de découvrir un peu le site.

Après un vol sympathique, la petite bière s’impose. Promis, le premier endroit que l’on trouve, on s’arrête. 10 bars et 40 échoppes plus loin, il faut bien se rendre à l’évidence, on est dans une colonie Tibétaine et pas (facilement) d’alcool. On prend un Fanta puis un thé et on revient en taxi, non pas pour s’économiser de la marche (quoique), mais surtout pour faire un détour par le seul magasin du coin ou l’on pourra acheter quelques bières pour les boire chez nous.

“Et demain, quel est votre programme ?”, nous demande Jean-Marc un Marseillais qui nous avait rejoint pour boire un pot avec nous. Et tous les trois en coeur “Ben, on vole évidemment”. Et c’est vrai que la météo est superbe.